Qui somme nous

Nous...

Nous... - Qui somme nous - Image 1

Vestro est le diminutif de Silvestro Becucci.

Né en 1923 à MONTICIANO, il a aidé son père forestier pendant les périodes où il n'était pas à la guerre.
Marié en 1949 avec Maria José, fille de métayers, Vestro dut, après la guerre, rechercher un travail pour subvenir aux besoins de sa famille. En 1958, il s'installa avec sa femme et sa fille Fiorella à Abbadia San Salvatore per gestire pour gérer le bar-restaurant "la neve". Quelques années plus tard, naquit une autre fille, Sandra.

En 1962, il profita de l'opportunité de prendre en location l'auberge de MONTICIANO, et Vestro revient dans son village et commence son activité d'aubergiste et de restaurateur à l'enseigne "Da Vestro" sur la place Saint Augustin.

En 1965, il acquiert “Orbano”, une propriété abandonnée, située à l'entrée du village et peu à peu, il en assure la restauration.

En 1979, "Da Vestro" transfère son activité dans l'établissement actuelet. En 1997, les filles, Fiorella et Sandra, constituent une société en commandite dénommée "Orbano sas" et reprennent la direction de l'entreprise familiale.

Qui somme nous - Fiorella:Qui tient les comptes

Fiorella:
Qui tient les comptes

Qui somme nous - SandraQui accueille

Sandra
Qui accueille

Qui somme nous - Landa:Qui cuisine

Landa:
Qui cuisine

Qui somme nous - Filippo:Qui raconte

Filippo:
Qui raconte

Qui somme nous - Nevila:Qui prend soin de votre séjour

Nevila:
Qui prend soin de votre séjour

Histoire

Histoire - Qui somme nous - Image 1

Vestro est le diminutif de Silvestro Becucci.

Né en 1923 à MONTICIANO, il a aidé son père forestier pendant les périodes où il n'était pas à la guerre.

Marié en 1949 avec Maria José, fille de métayers, Vestro dut, après la guerre, rechercher un travail pour subvenir aux besoins de sa famille. En 1957, il s'installa avec sa femme et sa fille Fiorella à Abbadia San Salvatore per gestire pour gérer le bar-restaurant "la neve". Quelques années plus tard, naquit une autre fille, Sandra.

En 1962, il profita de l'opportunité de prendre en location l'auberge de MONTICIANO, et Vestro revient dans son village et commence son activité d'aubergiste et de restaurateur à l'enseigne "Da Vestro" sur la place Saint Augustin, à Monticiano

En 1965, il acquiert Orbano, une propriété abandonnée, située à l'entrée du village et peu à peu, il en assure la restauration avec la collaboration de l'architecte Roberto Gherardi.

En 1979, "Da Vestro" transfère son activité dans l'établissement actuelet y demeure jusqu'en 1992.

Orbano

Orbano - Qui somme nous - Image 1

Orbano est le nom de la propriété rurale située à la limite nord du village, sur la route nationale SS 73, principale route reliant Sienne et Grosseto avant la construction de la route nationale SS 223, qui met en communication les deux villes en évitant les centres habités de la vallée de l'Ombrone Selon Silvio Pieri, auteur de l'ouvrage "Toponymie de la Toscane méridionale et de l'archipel toscan", le nom "Orbano" dérive de l'adjectif latin urbanum. Vestro racontait que ce nom de lieu provenait de la visite du pape Urbain (on ne sait pas lequel!) qui aurait séjourné dans cette maison lors d'un pèlerinage.

Mis à part cette histoire inventée, on ne sait pas quand cette maison a été construite. Elle figure toutefois sur le cadastre réalisé en 1821 t elle était la propriété de Barsini Pietro, Giovanbattista di Andrea, Giulio di Giuseppe, Giovanna, Maddalena et Amalia Arcangiolo. La façade de la maison est particulière, en dehors de la typologie architecturale des maisons rurales toscanes. La particularité réside dans l'escalier externe, qui permettait d'accéder au logement, et qui se présente perpendiculairement à la façade.

Une image de la propriété se trouve dans le livre du géographe Renato Biasutti "La maison rurale en Toscane".

La propriété se situe entre la rue principale et une rue secondaire utilisée dans le passé comme porte d'entrée dans le village par les groupes de chasseurs de sangliers.

Vestro a acheté Orbano en 1965 dans l'intention de développer l'activité d'aubergiste et de restaurateur, en utilisant lez vastes espaces du rez-de-chaussée pour le restaurant et le premier étage, ou se trouvait l'habitation des métayers, comme logement et hôtel. La restauration, suivie par l'architecte Roberto Gherardi, de Sienne, fut terminée en 1979, année au cours de laquelle l'entreprise fut transférée dans ses nouveaux bâtiments.

Logo Ovaria

Logo Ovaria - Qui somme nous - Image 1

L'Ovaria de Marco Magni, réalisé par Taccini, est le logo de l'Hôtel Restaurant DA VESTRO depuis 1997, année où Fiorella et Sandra ont pris la gestion de l'entreprise au moyen d'une commandite simple dénommé Orbano.

Cet objet domestique, créé à partir du dessin de Magni, réinterprète par la forme et la matière la tradition paysanne siennoise, synthétise la philosophie de la gestion qui cherche à conjuguer le passé et le présent, la tradition et la nouveauté, dans l'hospitalité et la gastronomie.

Marco Magni raconte:

" L'Ovaria est un projet qui date de plus de dix ans, le premier objet que j'ai dessiné en céramique. C'est un récipient spécial pour une douzaine d'oufs ou un menu spécial, par exemple, une soupe de Pâques, avec les oufs bénits dessus et une belle salade, où la fête rassemble une belle tablée d'amis "

Ovaria a obtenu le premier prix ex-æquo du concours de la céramique artistique et traditionnelle "centre de tables" de Capraia (1991), pour "l'invention d'une utilisation de techniques traditionnelles d'artisanat".

Biographie de Marco Magni

L'architecte Marco Magni s'intéresse aux domaines du graphisme et de la photographie; il participe à des expositions en Italie et à l'étranger, et a obtenu des prix dans divers concours. Notamment, le premier prix au concours de céramique artistique et traditionnelle de Capraia, en 1991, et a été remarqué au concours "Un vase en terre cuite", (Milan 1992). Dans le domaine du "design", il se consacre au dessin d'objets domestiques, en travaillant pour Cassetti, Taccini et Richard Ginori.

De 1990 à 1995, il collabore ave Adolfo Natalini à des projets architecturaux pour des édifices et espaces publics, aux projets de "design" de Driade, Periplo, Mecccani et pour d'autres directions artistiques d'UP & UP et Ferrone.

En 1990, il a commencè avec Piero Guicciardini une activité professionnelle autonome, en s'occupant d'architecture et d'installations d'espaces théâtraux et d'expositions. Parmi ceux-ci, les projets pour le "système des musées siennois", l'exposition "Jeunesse de Michel-Ange" au Palazzo Vecchio de Florence, et "En terre sainte" au palais Royal de Milan.